Blog

Course et pollution : N’en rajoutons pas une couche!

Voila plusieurs mois que je m’insurge sur une nouvelle forme de pollution croissante.

Cette cigarette jetée sur le bitume dans la descente de la Bastille près de l’eglise St Laurent, n’est pas la plus agréable des rencontres que l’on puisse faire..

Mais là n’est pas le sujet de ce billet!

N’y voyez vous pas autre chose???

Regardez bien, la photo date du 08 avril 2017. Rien ne vous choque?

Moi si!

Ce mégot, même si il résulte d’un manque de savoir vivre, n’est certainement plus présent à l’heure où je vous parle.

Par contre, pouvez vous me rappeler la date de la dernière édition de l’UT4M19 Aout 2016, si j’ai bonne mémoire…

 

 

Cette jolie ligne verte et ces logos sont toujours présents malgré 8 mois écoulés… Soleil, neige, glace, pluie, n’ont pas eu raison de ces fameuses peintures dites « temporaires ».  Je n’ai rien contre l’UT4M, mais ce phénomène a pris une ampleur importante, depuis la commercialisation de ces « petites bombes » (à retardement) :

On en trouve désormais partout, et à prix bas.. Prévu pour tenir quelques semaines seulement (en théorie) elles sont utilisées par tout un chacun à outrance et sans respect de la nature. Pour marquer ici une sortie VTT, ou là une course privée.

Si bien qu’une bonne partie de ma foret s’est transformée en « Jungle ».  Voyez plutôt :

Commençons par la montée des 4 Seigneurs (ma grimpette favorite) :

Regardez bien cette photo. Marquage sur arbre ( plus de 6 mois),  alors qu’il existe deja un balisage d’itinéraire de rando en jaune, puis, comme si l’on n’avait pas bien vu le 4S, rappel quelques dizaines de mètres plus loin…

Et ça continu, toujours sur les arbres :

 

 

Voici maintenant « les croix » :

Ici le même endroit à 6 mois d’intervalle… Elle est où la dégradation de la peinture avec le temps??? Vous trouvez ça beau vous?

 

 

Autres marquages de « single » VTT : Zorro semble être passé par ici avec une bombe de peinture….temporaire? J’ai des doutes…

 

Et voici les fléchages :

Autre lieu pourtant très fréquenté : La montée de la Bastille!!

Trois marquages dans chacun des virages…Si des fois on se perdait en route!!!

Tout cela m’exaspère. C’est une véritable pollution visuelle!! Ces couleurs fluo sont agressives et je pense qu’il existe bien d’autres moyens de marquer un parcours comme on peut le voir ici (Trail du Mont St Michel en Savoie) :

Quant à la ru-balise, même si quelques fois oubliée sur les parcours, elle a l’avantage, elle, de pouvoir être enlevée!!

 

Nous voici dans le single sous le Mont Jalla, face à un rocher, avec la seule possibilité qui s’offre ici :  Prendre à droite!!

Qu’on m’explique cette flèche au sol…. D’autant qu’il existait deja un fléchage bleu… Qui viendra rajouter sa flèche verte???

Ici une croix « sauvage » que le lierre à deja recouvert sans que celle ci n’est subit la moindre dégradation du temps.

 

Moi je ne vois désormais plus que ça!

Alors, vous qui comme moi aimez courir, randonner ou faire du VTT, organisateurs d’événements (professionnels ou amateurs) qui que vous soyez, respectez ces lieux communs qui nous sont chers et qui nous apportent tant de plaisir et de bonheur.

Ne transformons pas nos terrains de jeux en Jungles urbaines!  Ces marquages indélébiles, agressifs, non réglementés, sont à proscrire au plus vite avant qu’il ne soit trop tard…

La nature n’est pas là pour servir de supports à nos balades organisées. Nos forets, chemins et campagnes sont des lieux communs qu’il faut préserver. Alors, faites appel à des bénévoles, privilégiez le panneautage ou la ru-balise et n’utilisez les bombes temporaires qu’avec parcimonie, discrètement, et au sol sur des cailloux.

Il va désormais devenir très difficile de faire une photo sans cette nouvelle tendance, n’est-ce pas 😉

!

!

!

!

!

!

 

Laissons l’utilisation des bombes de peinture aux professionnels de l’agriculture et sylviculture.. C’est devenu un outil de travail indispensable pour eux, qui influe deja sur notre environnement.

Alors de grâce, n’en rajoutons pas une couche!!!  🙂

 

(Unique tag "virtuel" de ce billet)

8 comments were added, add yours.

Merci de recopier les lettres présentent dans l'image

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

  1. François
    Très judicieux ce billet ! Tu as raison de dénoncer cette agression de la nature. Toi, l’amoureux de la nature, tu es bien placé pour le faire.
    • Vinvin20
      Merci! J’espere que par chez vous ça n’est pas comme ça! C’est un peu a cause de la mode des courses dites « natures »… Qui ne le seront bientot plus si ça continu comme ça…
  2. Fred
    Hello Vincent,Un super article qui met en évidence une nouvelle tendance de fond qu\’il va falloir combattre impérativement. Je partage totalement ton point de vue. Les exemples de ton article sont particulièrement parlant et particulièrement dégueulasses (si au moins les marqueurs avaient le talent d\’un Banksy…). Autant sur le bitume ça me choque moins pour peu que le marquage soit discret et \ »esthétique\ », autant les marques immondes sur les arbres et les rochers me révoltent.
    • Vinvin20
      Merci! Je suis content de voir que certaines personnes comme toi réagissent. Je ne sais pas comment on va pouvoir combattre contre ça, mais il va bientot falloir qu’il y ai une réglementation à ce niveau.. Sinon, ça va etre l’anarchie, et un véritable massacre visuel. Mais ça n’est malheureusement qu’un début…
  3. Arnaud
    Bonjour.Je suis d’accord avec ce billet et toutes ces traces de peinture un peu partout. En revanche je pense que ce n’est pas le bon coupable qui est pointé du doigt.Je commercialise ces aérosols de peinture (je ne citerai pas de marque) et je vous confirme que le temporaire est bien temporaire (quelques semaines tout au plus en fonction des conditions climatiques). Deja fait des tests sur le parking du commerce où je travaille. Le problème est qu’elles sont bien plus chère que les traceurs de chantier traditionnels qui eux sont fait pour durer dans le temps.. Mon avis est que beaucoup l’organisateurs ne voient que les bénéfices que vont rapporter les courses (il suffit de regarder l’augmentation des prix des inscriptions sur ces 5 dernières années) et se fichent complètement que leur balisage perdure dans le temps.Au meme titre peux d’organisteur prennent la peine d’enlever les petit morceaux de rubalise qu’ils accrochent par ci, par la aux branches d’arbre. Et la c’est du plastique encore bien plus néfaste que la peinture !
    • Vinvin20
      Merci pour votre commentaire. Je suis bien d’accord avec vous. Je pense qu’il y a un problème dans le choix des produits utilisés et la façon dont ils sont utilisés.
      Par exemple sur les arbres, même avec des peintures temporaires la dégradation lié au temps est plus lente…( car moins soumis à la pluie et soleil).
      Pas de réelle réglementation, d’où une utilisation par tout un chacun et des traçages dans tout les sens et une pollution visuelle qui devient gênante. C’est vrai qu’il peux rester, ça est là quelques rubalise d’après course, mais on peut tjs l’enlever (ça m’est deja arrivé). J’aimerais pouvoir faire de même avec ces fléchages sauvages.. Mais c’est malheureusement impossible…
      Merci encore pour l’intérêt que vous avez porté à ce billet. Il est tjs intéressant d’avoir l’avis d’une personne du métier.
  4. Maya
    Autant il est facile d’alerter les organisateurs de courses comme l’UT4M de ce genre de désagréments, autant pour les autres cela reste bien plus difficile, il faudrait peut-être voir du coté de la ville afin de les en informer. Souvent, dans les journaux gratuits de ville ou d’arrondissement, il est possible d’informer sur ce genre de chose afin d’informer les personnes du coin.
    C’est tout de même un paradoxe que de voir que ceux qui apprécient tant la nature pour y organiser des sorties ou des courses soient ceux qui la dénature !!
    • Vinvin20
      Merci l’ami! C’est désolant… Mais il va falloir apprendre a vivre avec… J’espere qu’un jour il y aura une réglementation.